Lady killer : à couteaux tirés – Joelle Jones et Jamie S. Rich

Dans un style très années 50, Lady killer raconte l’histoire d’une tueuse à gage qui est aussi femme au foyer, de quoi donner envie.

26351

Résumé

Deux filles blondes comme les blés, un job de vendeuse de cosmétiques à domicile, un mari occupé qui rentre tard du travail… en apparence, Josie Schuller a tout de la mère de famille idéale. Mais elle a un secret : c’est aussi la plus impitoyable des tueuses à gage ! Josie partage son quotidien entre l’entretien de son petit foyer irréprochable et l’exécution d’assassinats de sang-froid pour de dangereux commanditaires. Mais son idée du parfait rêve américain risque bien de se briser lorsque c’est elle qui se retrouve dans la ligne de mire… Avec Lady Killer, Joëlle Jones et Jamie S. Rich mettent en scène une héroïne surprenante et savoureuse, sorte de Dexter au féminin évoluant dans une ambiance 1950’s proche de Mad Men. Un récit à la fois violent, drôle et provocateur, illustré très à propos par des couleurs pimpantes et un graphisme délicieusement vintage.

(repris de Livraddict)

Mon avis

En faisant des recherches de nouvelles bande-dessinées pour la bibliothèque où je travaille, celle-ci m’a tout de suite attirée. Je me suis donc ruée dessus lors de l’arrivée de la commande et je pense avoir bien fait.

Nous suivons ici Josie, à la fois femme au foyer et en secret tueuse à gages. Elle fait son possible pour mener sa mission à bien tout en s’occupant de ses deux filles, de son mari et de sa belle-mère sans que ceux-ci ne découvrent quoique ce soit. Le tout dans un style un peu « pin-up » des années 50.

Dans ce premier tome, nous suivons quelques missions de Josie mais tout ne se passe pas aussi bien que d’habitude et elle va devoir redoubler d’efforts pour protéger sa famille tout en gardant le secret. On en apprend un peu sur les personnages mais on sent que le background total prendra plusieurs tomes à être révélé.

Si le tome est déjà assez long et complet, j’ai quand même une sensation d’insuffisance car le récit propose des pistes qui ne sont pas encore exploités. Je suppose donc que c’est fait exprès pour donner le ton de la suite. Je suis donc assez pressée de voir les autres tomes publiés.

Au niveau du dessin, c’est vraiment beau. J’apprécie totalement ce style des années 50 et ça fonctionne dans cette bande-dessinée que ce soit le coté « femme au foyer » un peu publicité ou le coté « tueuse à gages » qui tranche avec. De plus, après le récit, on peut voir différentes illustrations faites pour la publicité de la bande-dessinée et des essais de couvertures.

En bref, une bonne découverte, néanmoins je reste un peu sur ma faim. J’aimerais en savoir plus sur le passé de Josie mais aussi savoir comment elle va s’en sortir dans cette situation. Finalement, l’originalité de cette bande-dessinée est plus dans son style que réellement dans son scénario.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s